Présentation

Le diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) en administration publique régionale fournit un perfectionnement qui combine les champs d’études de l’administration publique et du développement régional, dans la perspective de management public appliqué à l'administration et au développement régional.  

Offert conjointement avec l’École nationale d’administration publique (ENAP), ce programme offre un apport théorique arrimé aux acquis pratiques pour enrichir et pour adapter la pratique et les savoirs des intervenants, dans une perspective de consolidation et de modernisation des institutions publiques régionales.

Public visé

Le diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) en administration publique régionale s’adresse aux gestionnaires et aux professionnels du management public en situation de travail.

Il requiert au minimum deux ans d'expérience dans des postes de responsabilité décisionnelle au sein d'organismes publics, parapublics, communautaires, syndicaux, etc.

Passage à la maîtrise

Trois cours obligatoires et deux cours optionnels du diplôme d'études supérieures spécialisées (DESS) en administration publique régionale font partie intégrante de la maîtrise en développement régional. Pour obtenir sa maîtrise, l'étudiant devra réaliser le mémoire de recherche de 21 crédits et trois cours obligatoires de 3 crédits.

Il est donc possible pour un étudiant d’amorcer son cheminement au DESS, puis de poursuivre à la maîtrise. Pour compléter sa maîtrise, il doit :

  • détenir une moyenne cumulative minimale de 3,2 sur 4,3;
  • satisfaire aux conditions d’admission de la maîtrise;
  • déposer une nouvelle demande d'admission.

Axes de recherche

Les enjeux sociaux étudiés par les professeurs se veulent en résonnance avec l'actualité :

  • effets des politiques de développement sur l’économie régionale;
  • innovation et ancrage territorial des entreprises en milieux rural et urbain;
  • acceptabilité sociale des projets d’exploitation des ressources naturelles;
  • multifonctionnalité des territoires ruraux et de l’agriculture;
  • adaptation des communautés locales aux changements climatiques.

Voir : Mémoires et thèses déposés au Département Sociétés, territoires et développement

Le développement régional, un axe d'excellence en recherche à l'UQAR

L’UQAR cherche à mieux saisir les enjeux et les problèmes auxquels les régions font face en raison des mutations économiques et sociétales contemporaines. Les chercheurs associés à cet axe de recherche analysent les dynamiques socioterritoriales touchant les régions et élaborent des outils d’aide au développement.

Le développement régional constitue un pôle institutionnel dominant en matière de recherche, tant fondamentale qu’appliquée, avec plusieurs unités de recherche structurées. Ce champ d’études multidisciplinaire rejoint les préoccupations véhiculées aux niveaux régional, national et international

Voir : Axes d'excellences en recherche

Perspectives d'emploi

Les programmes de cycles supérieurs en développement régional forment les analystes susceptibles de clarifier les situations complexes auxquelles font face les intervenants engagés dans l'action sociale, économique et culturelle à diverses échelles territoriales tout en étant en mesure de formuler un diagnostic et des pistes de solution afin d'orienter le changement social.

Sous l’influence de facteurs comme la restructuration économique et le renforcement des sentiments identitaires, on constate, au Québec comme à l’étranger, une recrudescence d’intérêt pour les problématiques d’ordre régional.

Les personnes détenant un diplôme de cycles supérieurs en développement régional détiennent des fonctions de haut niveau alimentées par l’expansion de l’enseignement, de la recherche, de la consultation, de l’intervention ou de l’administration publique autour des questions relatives au développement des régions.

Plusieurs diplômés en développement régional occupent des emplois dans les milieux suivants :

  • organismes voués à la recherche et à l’enseignement (centres spécialisés, collèges, universités);
  • organismes privés d’intervention et de consultation;
  • organismes gouvernementaux et internationaux préoccupés de développement territorial.