Océanographie

  • La conservation et l’exploitation durable des ressources sont au cœur des travaux de la Chaire UNESCO en analyse intégrée des systèmes marins. Seule chaire de recherche en Amérique du Nord à se consacrer à ces enjeux majeurs pour la protection de la biodiversité marine, elle mène ses travaux tant au nord qu’au sud de l’équateur.

  • La Jeune Chambre de Rimouski a décerné son Prix de la Jeune Personnalité Desjardins 2016, volet professionnel, à l’agent de recherche Julien Lambrey de Souza. Une distinction qui rejaillit sur l’UQAR.

  • Dans le cadre de sa maîtrise en océanographie, Julie-Anne Dorval étudie les invertébrés des fonds marins. Titulaire d’un baccalauréat en biologie, concentration biologie marine, elle travaille entre autres dans l’Arctique canadien.

  • Étudiante à la maîtrise en océanographie, Mélany Belzile vient de publier dans la revue Journal of Geophysical Research : Oceans le résultat de ses recherches sur la circulation profonde du fjord du Saguenay réalisées sous la direction du professeur Daniel Bourgault, de l’UQAR-ISMER, et Peter Galbraith, de l’Institut Maurice-Lamontagne.

  • L’Université du Québec à Rimouski propose, du 31 mai au 3 juin, une école d’été intensive en océanographie. Une occasion unique de s’initier aux sciences de la mer avec des spécialistes de l’UQAR-ISMER.

  • L’Université du Québec à Rimouski vient d’obtenir une prestigieuse Chaire de recherche du Canada en géologie marine. Le titulaire de cette chaire de niveau I est le professeur Guillaume St-Onge, de l’UQAR-ISMER.

  • Le professeur de l’UQAR-ISMER Gustavo Ferreyra a récemment reçu le prix RAICES du ministère de la Science, de la Technologie et de l’Innovation productive d’Argentine pour sa contribution significative à l’avancement des connaissances en océanographie dans ce pays.

  • Lorsqu’un individu consomme une drogue, son organisme en rejette une partie dans l’urine et dans les selles sous forme de molécule inchangée ou légèrement modifiée. Ces traces se retrouvent ainsi dans les égouts et sont acheminées jusqu’aux usines de traitement des eaux. Toutefois, les usines d’épuration sont-elles en mesure d’éliminer tous les résidus de ces substances, ou en rejettent-elles une partie dans la nature ? Dans le cadre de sa maîtrise en océanographie, Alexandre Palardy étudie le devenir des drogues illicites dans l’environnement.

  • Ressources Aquatiques Québec (RAQ) vient de récompenser deux étudiantes de l’UQAR. Émilie Simard et Tamara Provencher ont reçu respectivement le prix de la meilleure présentation orale et le prix de la meilleure présentation par affiche.

  • La prestigieuse revue Proceeding of the National Academy of Sciences vient de publier un article sur une découverte étonnante cosigné par le professeur Guillaume St-Onge, de l’UQAR-ISMER : les changements climatiques influencent la formation des montagnes ! Cette découverte fait suite à une expédition internationale de neuf semaines en Alaska.

  • L’Université du Québec à Rimouski vient d’obtenir le renouvellement de sa Chaire UNESCO en analyse intégrée des systèmes marins. Il s’agit de la seule chaire de recherche en Amérique du Nord à se consacrer à la conservation et à l’exploitation durable des écosystèmes marins.

  • La candidate au doctorat en océanographie, Audrey M. Rémillard, a remporté le prix de la meilleure présentation étudiante du congrès de l’Association canadienne pour l’étude du Quaternaire (CANQUA) en août dernier.

  • Des homards amateurs de moules?

    L’expansion de la mytiliculture (l’élevage de la moule) au large des îles de la Madeleine préoccupe plusieurs pêcheurs en raison des interactions possibles avec les autres espèces comme le homard. Dans le cadre de sa maîtrise en océanographie, Émilie Simard suit la piste de ces crustacés pour bien comprendre l’impact de ce nouvel environnement pour mettre en place l’aquaculture.

  • Titulaire d’un doctorat en océanographie, Virginie Roy vient de recevoir une bourse de 100 000 $ de la fondation W. Garfield Weston pour réaliser, au cours des deux prochaines années, des recherches sur l’Arctique au Musée canadien de la nature.

  • Une équipe d’océanographes de l’UQAR-ISMER mènera une campagne scientifique multidisciplinaire de deux semaines dans le golfe du Saint-Laurent, du 8 au 19 juin, afin d’étudier le secteur Old Harry et sa zone d’influence.

  • Le colloque « Environnement socioécologique du golfe du Saint-Laurent : sommes-nous prêts pour l'exploration et l'exploitation des hydrocarbures ? » fait partie des activités à surveiller ce jeudi dans le cadre du 83e Congrès de l’Acfas. Il est présenté à l’UQAR-ISMER de 9 h à 19 h à la Salle Mohammed-El-Sabh (P-210).

  • Une équipe multidisciplinaire de chercheurs de l’UQAR vient d’identifier une nouvelle algue dans l’estuaire du Saint-Laurent. Déjà connue en Asie, la microalgue verte Coccomyxa sp. est signalée pour la toute première fois dans des moules bleues dans les environs de Rimouski. Une découverte étonnante dans cette portion de l’Amérique du Nord.

  • Les amateurs de crevettes nordiques, communément appelées au Québec les « crevettes de Matane », ne verront plus les changements climatiques du même œil. Une recherche réalisée par le professeur Piero Calosi et ses collègues européens démontre qu’une exposition aux futures conditions d’acidification des océans risque d’altérer significativement le goût de ce crustacé.

  • Lors du 16e congrès des étudiants du GEOTOP, Marie Casse, étudiante au doctorat en océanographie à l’UQAR-ISMER, a remporté un prix afin de récompenser la « meilleure présentation dans le domaine de l’océanographie ».

  • Plusieurs recherches en biologie et en océanographie portent sur l’impact de l’activité humaine sur les espèces marines. Dans le cadre de son stage postdoctoral en océanographie, Marianne Marcoux utilise une technique des plus singulières pour étudier ce phénomène : des microphones sous-marins qui enregistrent les « chants » de baleines!