Océanographie

  • L’Université du Québec à Rimouski accueille cinq nouvelles étudiantes argentines inscrites à la maîtrise en océanographie. La venue de cette première cohorte fait suite à la signature d’une entente entre l’UQAR-ISMER et le programme BEC.AR, soutenu par le gouvernement argentin, favorisant la mobilité de chercheurs et d’étudiants de l’Argentine.

  • L’UQAR-ISMER met sur pied un réseau d’innovation multisectoriel pour étudier l’environnement socio-écologique du golfe du Saint-Laurent. Intitulé « Notre Golfe », ce réseau de chercheurs bénéficie du soutien financier du programme d’appui aux réseaux d’innovation du Fonds de recherche Nature et technologies et de plusieurs ministères québécois, de réseaux de recherche et d’une association de pêcheurs.

  • Le changement de saisons expliquerait le renouvellement d’eau à différentes profondeurs dans le fjord du Saguenay. Dans le cadre de sa maîtrise en océanographie physique, Mélany Belzile étudie les courants marins de l’Estuaire qui renouvellent les eaux du fjord et qui en font un milieu propice à la prolifération d’une multitude d’espèces.

  • Dans le cadre de sa maîtrise en océanographie, François Turcotte évalue le potentiel antibactérien d’une molécule produite par une microalgue qui pourrait offrir de grandes possibilités de développement au secteur de l’aquaculture.

  • Avec le réchauffement climatique, le recul de la banquise va favoriser une forte croissance du trafic maritime dans l’océan Arctique canadien. L’augmentation des activités maritimes pourrait entraîner l’apparition d’espèces non indigènes, voire invasives, au point de déséquilibrer la biodiversité et le fonctionnement de l’écosystème arctique.

  • Étudiante au doctorat en océanographie, Souad Annane étudie les effets des changements climatiques sur le plancton, cet ensemble d'organismes aquatiques microscopiques à la base de toute la chaîne alimentaire aquatique.

  • Les algues de l’estuaire du Saint-Laurent présentent un fort potentiel antioxydant et antibactérien pour l’industrie alimentaire selon Catherine Boisvert, étudiante à la maîtrise en océanographie à l’UQAR.

  • Le doré jaune au régime

    Les aquaculteurs québécois font face à un problème de taille : les géniteurs de dorés d’aquaculture produisent des œufs de qualité médiocre, non fécondables et parfois incapables de se rendre à l’éclosion. Candidate au doctorat en océanographie, Sahar Mejri travaille à améliorer la production de dorés jaunes de qualité, en partenariat avec la Station Piscicole Trois-Lacs située en Estrie. Comme quoi l’océanographie ne se limite pas qu’aux océans!

  • Étudiante au doctorat en océanographie à l’UQAR, Agathe Lisé-Pronovost fait partie d’un projet d’envergure internationale regroupant plus d’une cinquantaine de chercheurs en Patagonie. Son objectif : reconstituer les variations du champ magnétique depuis des dizaines de milliers d’années et comprendre les changements climatiques à partir des propriétés magnétiques des sédiments.

  • Dommage que le fleuve soit si peu accueillant pour les baigneurs rimouskois, même en été! L’étudiant au doctorat en océanographie à l’UQAR-ISMER, Frédéric Cyr, explique d’où vient l’eau froide de l’estuaire, essentielle à la biodiversité.

  • Les nanoparticules d’argent, qui ne mesurent seulement que quelques nanomètres de diamètre, ont des propriétés particulières que les industries pharmaceutiques, agroalimentaires ou des pesticides cherchent à exploiter. L’étudiant au doctorat en océanographie Mathieu Millour s’intéresse à ce nanomonde mystérieux en pleine évolution.

  • Étudiante au doctorat en océanographie à l'Université du Québec à Rimouski, Corinne Pomerleau est passionnée des régions polaires. Voyageant entre l'Arctique et l'Antarctique, elle nous explique aujourd'hui son cheminement, ses recherches et ses projets d'avenir.