Développement régional, social et territorial

  • La première édition de l’école d’été en développement social et territorial s’est déroulée à l’Île Verte, près de Trois-Pistoles.  Financé grâce au fonds DEVTERRA d’Hydro-Québec, ce séjour sur le terrain a permis aux étudiantes et étudiants en développement social et développement régional de l’UQAR de découvrir les réalités territoriales d’un petit milieu insulaire.

  • Une fois n’est pas coutume, des professeurs de disciplines aussi différentes que les sciences infirmières, la gestion des personnes en milieu de travail ou l’archéologie travailleront ensemble sur une notion sinon transversale, du moins en trame de fond des travaux de plusieurs : le développement.

  • Les professeures Geneviève Brisson et Marie-José Fortin ont déposé un mémoire sur l’acceptabilité sociale dans le cadre du chantier mené sur le sujet par le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles. Se basant sur des travaux menés notamment par la Chaire de recherche du Canada en développement régional et territorial, les deux spécialistes de l’UQAR prônent l’adoption d’une définition claire du concept qui est véhiculé dans l’espace public. Voici un résumé du mémoire que les professeures Brisson et Fortin ont écrit afin d’expliciter leur position à l’égard de l’acceptabilité sociale.

  • Le colloque « Le développement territorial sous la loupe : inégalités sociales et environnementales autour des ressources naturelles » fait partie des activités à surveiller ce vendredi dans le cadre du 83e Congrès de l’Acfas. Il est présenté au Cégep de Rimouski de 8 h 45 à 18 h au local D-234.

  • Le colloque « Systèmes d’innovation dans divers contextes politicoadministratifs » fait partie des activités à surveiller aujourd’hui dans le cadre du 83e Congrès de l’Acfas. Il est présenté à l’Institut maritime du Québec ce mardi et ce mercredi à l’Auditorium (A-337).

  • Une quarantaine de chercheurs du Centre de recherche sur le développement territorial (CRDT) et de diverses universités, dont neuf de l’UQAR, estiment que les coupures dans les institutions de développement régional, comme les conférences régionales des élus et les centres locaux de développement, fragilisent les régions et auront des impacts plus importants que la seule disparition de ces structures.

  • Lorsqu’elle a posé ses valises à Rimouski, en 2009, Ting Zhang ne savait dire que bonjour et merci en français. Aujourd’hui, l’étudiante à la maîtrise en développement régional est reconnue pour son apport significatif aux rapprochements entre ses compatriotes chinois et leur communauté d’accueil. Portrait d’une citoyenne du monde.

  • Les coopératives représentent un important levier de développement économique des municipalités rurales. Affichant un remarquable taux de survie après cinq ans, ce modèle d’entreprise joue un rôle majeur de cohésion socioéconomique de leur milieu. Regard sur un moteur de la nouvelle économie de proximité.

  • Les principaux organismes internationaux scrutant l’avenir de l’environnement mondial s’entendent pour dire que les changements que l’on observe actuellement sont sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Alors que les pressions humaines s’accélèrent, plusieurs seuils critiques aux niveaux mondial, régional et local sont sur le point d’être atteints ou ont été dépassés.

  • Candidat au doctorat en sciences de l’environnement, Évariste Feurtey prononce une conférence intitulée « Le développement de l’énergie éolienne en France et au Québec » le jeudi 20 mars, à 19h30, dans le cadre des Conférences Musée-UQAR présentées au Musée régional de Rimouski.

  • Finissant au doctorat en sciences de l’environnement, Évariste Feurtey a récemment soutenu avec succès sa thèse intitulée « Conception et validation d’un modèle d’analyse et de suivi pour une politique énergétique durable et acceptable de l’énergie éolienne - étude comparative France-Québec », dans laquelle il analyse les diverses composantes d’une politique énergétique de type éolien des gouvernements québécois et français.

  • La Caisse Desjardins de Rimouski vient de remettre des subventions totalisant près de 70 000 $ afin d’appuyer financièrement des projets de recherche menés par sept professeurs de l’UQAR.

  • Au cours des derniers mois, le mouvement de contestation Idle No More a participé à sensibiliser la population canadienne à la réalité des Premières nations et aux défis de gestion territoriale auxquels elles font face. Étudiante à la maîtrise en développement régional, Audrey Fournier aborde ces défis en étudiant la participation de la communauté Mi’gmaq de Listuguj en Gaspésie à la gestion de la foresterie et de la pêche au saumon.

  • Deux étudiantes en développement social se sont penchées sur l'engagement artistique en région en organisant un « café territorial », un événement qui s'est déroulé au local de pratique multidisciplinaire La Vide à la mi-mars à Rimouski. Une quarantaine d'intervenants, qu'ils soient artistes ou tout simplement passionnés par ce domaine, ont ainsi échangé sur divers sujets en lien avec la culture et l'engagement citoyen en région.

  • Répondant à un besoin exprimé par le milieu coopératif de l’Est-du-Québec, l’Université du Québec à Rimouski offrira, dès l’automne, un nouveau programme court sur le mouvement coopératif et les mutuelles.

  • Nombreux sont les intervenants du domaine du tourisme qui s’inquiètent de l’impact que peut avoir la présence de parcs éoliens sur les paysages régionaux et de l’expérience des touristes en Gaspésie. Dans le cadre de sa maîtrise en développement régional, Krystel Rousseau étudie la capacité de ces acteurs à se mobiliser afin de faire face à ce grand changement.

  • Au printemps 2011, le gouvernement du Québec entreprenait un ambitieux exercice d’évaluation environnementale stratégique (ÉES) pour renforcer les connaissances sur la filière énergétique controversée du gaz de schiste.  Forts de leur expertise sur la filière éolienne et l’acceptabilité sociale, les professeurs Marie-José Fortin et Yann Fournis ont été mandatés dans ce cadre pour diriger deux importantes études destinées à éclairer les débats sociaux sur le sujet.

  • Le 11e colloque de vulgarisation scientifique La nature dans tous ses états prend place au campus de Rimouski du 13 au 15 mars, avec plusieurs activités au programme. Comme à chaque année, des étudiants au baccalauréat, à la maîtrise ou au doctorat, de même que des chercheurs présentent leurs travaux de recherches dans le but de les vulgariser. « C'est vraiment l'objectif premier, de promouvoir les recherches qui se font à l'UQAR, que ce soit en géographie, en chimie, en océanographie ou en biologie. Comme toutes les activités sont ouvertes au public, la vulgarisation est un volet central du colloque », précise Simon Massé, l'un des membres du comité organisateur.

  • La Commission de la représentation électorale du Québec (CRE) était de passage à l’UQAR, vendredi dernier, pour tenir ses travaux en prévision des prochaines élections scolaires dans Matane-Matapédia.

  • Affilié à l’UQAR, le Centre de recherche sur les milieux insulaires et maritimes (CERMIM) travaille depuis le printemps 2013 avec le Groupe persévérance scolaire (GPS) des Îles-de-la-Madeleine afin d’améliorer la réussite éducative des Madelinots en mobilisant leur communauté sur le plan de la valorisation de l’éducation.