Présentation

La maîtrise en histoire vise à former des chercheurs et des spécialistes capables d’envisager nos sociétés contemporaines dans une perspective historique et aptes à comprendre les relations étroites qui existent entre le présent et le passé.

Cette formation est ouverte aux autres sciences humaines et des collaborations sont donc possibles avec d’autres programmes offerts par l’UQAR (lettres, géographie, éthique et développement régional).

Structure du programme

D’une grande souplesse, la maîtrise en histoire comporte une scolarité de 12 crédits et permet de réaliser un projet de recherche (mémoire de 33 crédits) permettant d’approfondir ses connaissances dans un domaine de spécialisation de la pratique historienne. 

Ce programme permet également de développer les habiletés requises à la poursuite d'études doctorales.

Public visé

La maîtrise en histoire s’adresse aux détenteurs :

La maîtrise en histoire est aussi accessible aux détenteurs d’un baccalauréat dans une autre discipline. Cependant, un candidat dont la formation de premier cycle est jugée insuffisante peut être admis dans une propédeutique (cours préparatoires) d’une durée maximale de trois trimestres.

Axes de recherche

Les activités de recherche en histoire se déploient en histoire sociale, en histoire culturelle, en histoire politique, en histoire intellectuelle et en histoire matérielle. De ces axes émergent des orientations privilégiées par les professeurs :

  • histoire de la jeunesse;
  • histoire des femmes;
  • histoire des autochtones;
  • histoire des sociétés coloniales; 
  • histoire des sociétés locales et rurales;
  • reproduction sociale et culture élitaire;
  • pouvoir et identités;
  • histoire des idéologies;
  • patrimoine et lieux de mémoire;
  • histoire sociale de l’architecture;
  • culture matérielle;
  • archéologie;
  • histoire orale;
  • histoire littéraire;
  • histoire régionale;
  • historiographie;
  • épistémologie.

Mémoires de recherche

Mémoires déposés

Mémoires en cours

Perspectives d'emploi

Principaux employeurs

En plus de préparer aux études de troisième cycle en histoire, la maîtrise en histoire forme des enseignants au niveau collégial, de même que des chercheurs pouvant œuvrer dans des milieux professionnels des milieux variés et stimulants :

  • musées;
  • fonction publique et diplomatie;
  • médias;
  • organismes culturels et patrimoniaux;
  • bureaux de tourisme;
  • agences de développement;
  • universités et cégeps;
  • organismes de communication et création;
  • maisons d’édition;
  • firmes privées en multimédias ou en archéologie;
  • etc.

Professions occupées

Les compétences acquises permettent aux diplômés de la maîtrise en histoire d’occuper des postes très divers :

  • agent de développement culturel;
  • agent de recherche;
  • chargé de projet;
  • intervenant en patrimoine et en muséologie;
  • recherchiste et documentaliste;
  • gestionnaire des ressources culturelles;
  • archéologue;
  • attaché de presse;
  • rédacteur;
  • enseignant;
  • etc.